Le théâtre pour libérer la parole autour des violences conjugales

Suite à la journée du 25 novembre de mobilisation contre les violences faites aux femmes, l’équipe du Lien Théâtre poursuit son engagement et ses actions artistiques afin de sensibiliser un large public au fléau des violences intrafamiliales.

 

Pour se faire, plusieurs représentations de Sois belle et tais-toi et de Respirs ont été proposées courant fin novembre et début décembre dans différents lieux dédiés ou non au spectacle en Isère et dans le Rhône.

 

Dans les violences s’exprime un rapport de domination et de prise de pouvoir de l’auteur sur la victime. Par ses propos et comportements, l’auteur veut contrôler et dominer, sinon détruire son/sa partenaire. Ces violences créent un climat de peur et de tension permanent. Les conséquences pour la victime sont désastreuses : peur, culpabilité, perte de l’estime de soi et d’autonomie, isolement, stress.

d’après le site gouvernemental « Arrêtons les violences ».

 


 

– JEUDI 25 NOVEMBRE –

 

Représentation de Respirs à l’hôtel de ville de Lyon – Jeudi 25 novembre

 

Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, nous avons eu l’immense plaisir de jouer Respirs, notre spectacle créé et joué par des femmes concernées par ce type de violence intrafamiliale, à l’Hôtel de Ville de Lyon devant plus d’une centaine de personnes lors de deux représentations.

 

Elles ont trouvé un chemin qui nous invite tou.te.s à beaucoup d’humilité. Je voudrais d’abord les remercier et leur dire qu’on est très fières de les accueillir et d’accueillir toute la troupe du lien théâtre. C’est une toute petite pierre que l’on vient apporter à l’édifice. Je voulais aussi leurs dire que je partage complètement leur révolte, et qu’il faut que nous apprenions toutes et tous, et là je m’adresse particulièrement aux hommes, à briser le silence.

Discours d’introduction de Grégory Doucet, mairie de Lyon.

 

A partir de la contribution de ces femmes prises en charge au foyer L’Éclaircie (association Le Mas), cette pièce de théâtre propose une réflexion sur les liens destructeurs dans le couple, la relation d’emprise, la domination de l’un sur l’autre, l’empreinte de l’homme sur la femme.

Pendant la représentation, 10 comédien.ne.s se partagent la scène : 6 femmes concernées par les violences conjugales (Patricia, Lamis, Seda, Julia, Lydia, Raki), 2 professionnelles complices salariées de l’Eclaircie (Anne Grenier, coordinatrice, et Christel Domingos, éducatrice de jeunes enfants) et 2 artistes du Lien Théâtre (Joël Prudent et Melissa Tucker).

 

Derniers préparatifs avant les représentations de Respirs à l’hôtel de ville de Lyon – Jeudi 25 novembre

 

Nous avons été particulièrement touchées par l’implication et le soutien des élus de la ville de Lyon par rapport à ce spectacle et plus largement à cette thématique qui nous est chère.

Par ailleurs, cet évènement a su attirer un nombre important de professionnels de la fonction publique et du secteur social, culturel, judiciaire ou éducatif puisque nous avons comptabilisé plus de 130 personnes sur les deux représentations qui ont été unanimement touchées par cette pièce de théâtre émotionnellement forte.

 

A travers le théâtre, cela permet au monde de comprendre par où nous sommes passées. Le théâtre permet de dire qu’il ne faut pas se laisser faire et dénoncer les faits. Il faut dire qu’il ne faut pas avoir peur des représailles ! Le théâtre me permettrait de dégager la haine que j’ai en moi et de pouvoir avancer. Faire ce pas en avant qui permet d’oublier. Ce groupe permettrait de partager notre vécu et de s’épauler sans aucune barrière et sans honte.

Témoignage d’une des femmes ayant participé à la création du spectacle Respirs.

 

Cette action artistique a été pleinement bénéfique et valorisante pour les six femmes accompagnées par le foyer L’Eclaircie et comédiennes sur ce spectacle. En effet, elles ont pu librement témoigner de leur vécu et participer aux échanges après chaque représentation avec un public bienveillant et attentif.

 

Représentation de Respirs à l’hôtel de ville de Lyon – Jeudi 25 novembre

 

>> La presse en parle ! <<

 

  •  Article du Progrès sur Respirs paru le mardi 16 novembre en vue du spectacle à l’hôtel de ville.

 

Pour en savoir plus : https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2021/11/15/victimes-de-violences-conjugales-elles-interpretent-leur-propre-role-au-theatre

 

  • Reportage BFM TV Lyon diffusé le jeudi 25 novembre.

 

Pour en savoir plus : https://www.bfmtv.com/lyon/replay-emissions/bonjour-lyon/lyon-des-femmes-victimes-de-violences-conjugales-montent-sur-scene_VN-202111250106.html?fbclid=IwAR3AOBKte9H9l6t2NxCac6iQt1eIZFBJseJQNb5Tw-bECKoKp6jTw0cQQTY

 


 

– VENDREDI 26 ET SAMEDI 27 NOVEMBRE – 

 

Représentation de Sois belle et tais-toi à la Salle de la Ficelle (Lyon 4) – Vendredi 26 novembre
Représentation de Sois belle et tais-toi à la Salle de la Ficelle (Lyon 4) – Vendredi 26 novembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au lendemain de la journée du 25 novembre, l’équipe de Sois belle et tais-toi a débuté sa tournée marathon de représentations afin de sensibiliser et d’ouvrir le débat autour des violences intrafamiliales.

Ainsi, lors de la journée de sensibilisation du vendredi 26 novembre organisée par la Mairie du 4ème arrondissement de Lyon, deux représentations tout public ont été proposées à la Salle de la Ficelle. 

Nous avons reçu une trentaine de spectateurs sur chaque représentation et nous avons été particulièrement sensibles à la bonne réception et aux nombreux échanges du public par rapport à ce spectacle théâtre-documentaire qui dissèque le mécanisme des violences conjugales et les répercussions que ces violences intrafamiliales peuvent entraîner chez les enfants.

 

Comme nous dit le dictionnaire, un stéréotype est une banalité, une idée toute faite et sans originalité, un cliché, une généralisation, une reproduction figée. Les stéréotypes sexistes véhiculent des valeurs de supériorité masculine au détriment des femmes. Exemple : les filles doivent être sexy pour plaire aux hommes. Dans cette scène, le garçon pense que comme la fille est habillée sexy, c’est qu’elle est disponible pour lui.
Un autre stéréotype consiste à affirmer que biologiquement, les hommes ont plus de besoins sexuels que les femmes. Certaines jeunes filles peuvent accepter des pratiques et relations sexuelles, non par plaisir mais parce qu’elles ont intégré cette norme. Elles peuvent également croire qu’elles ont le devoir de satisfaire leur partenaire. Faut-il rappeler que le devoir conjugal n’existe pas ?
Extrait du spectacle Sois belle et tais-toi relatant
l’histoire de la domination masculine sur la femme.

 


 

– MERCREDI 1er DECEMBRE –

 

Introduction du spectacle par Anne-Pascale Paris et les responsables de l’Ecole de Police de Chassieu – Mercredi 1er décembre

 

Créée initialement en 2015, cette pièce de théâtre a fait l’objet d’une réadaptation en 2019 pour être présentée aux futurs gardiens de la paix et agents de sécurité dans le cadre de leur formation à l’école de police de Chassieu. L’objectif est de leur permettre d’avoir une meilleure idée de la complexité du processus des violences conjugales.

C’est pourquoi, le mercredi 1er décembre, nous avons eu l’immense joie de pouvoir jouer cette nouvelle version de Sois belle et tais-toi à Chassieu après plusieurs reports liés au contexte sanitaire.

Dans cette pièce de théâtre réadaptée, une série de scènes se déroulant dans un commissariat ont étés rajoutées afin de mettre en situation différents cas où la victime n’est pas correctement reçue dans son dépôt de plainte. La dernière scène en commissariat permet de proposer une alternative aux futurs policiers dans la prise en charge et l’accompagnement des victimes de violences conjugales. 

 

Pour les plus anciens d’entre nous, nous partageons le sentiment d’avoir toujours eu à traiter des violences conjugales, et réalisons aujourd’hui que nous ne les avons jamais réellement traitées. C’est un constat extrêmement lourd à porter, mais également riche d’espoir pour l’avenir.

Témoignage du procureur de la République du Tribunal de grande instance de Lyon.

 

De nombreux.ses professionnel.le.s concerné.e.s par cette problématique étaient présent.e.s dans le public lors de cette journée de formation à savoir des gendarmes, des policiers, des psychologues en commissariat, des membres de la préfecture, de la mairie de Chassieu, le procureur de la République du Tribunal de grande instance de Lyon, des membres de l’UNFF (Union Nationale des Familles de Féminicide), de la LICRA, de la CAF, etc …

 

Je souhaite féliciter la qualité du jeu d’acteur et de la pièce. Quand bien même cela fait 12 ans que je suis dans la police c’est vrai que ça nous parle énormément et ça nous met une claque. 

Témoignage d’un des commissaires lors d’un bord de scène après le spectacle.

 

Les débats qui suivirent les représentations nous ont rappelé combien il était nécessaire de proposer ce spectacle dans le cadre de la formation des futurs gardiens de la paix afin de les confronter, par le biais artistique, aux problématiques qu’ils pourront rencontre dans la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales.

 

Représentation de Sois belle et tais-toi à Chassieu – Mercredi 1er décembre
Représentation de Sois belle et tais-toi à Chassieu – Mercredi 1er décembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

>> La presse en parle ! <<

 

  • Reportage de France 3 Rhône-Alpes diffusé le mercredi 1er décembre 2021

 

En savoir plus : https://youtu.be/Bgm0VQMOKdo

 


 

– JEUDI 2 DECEMBRE –

 

Nous avons réalisé notre première représentation de Sois Belle et tais-toi en milieu scolaire à Isle d’Abeau dans le cadre d’une journée de sensibilisation aux violences intrafamiliales. Deux représentations ont été proposées à des élèves de premières du Lycée Philippe Delorme.

Avant chaque représentation, une longue introduction a été réalisée par la metteuse en scène et directrice artistique, Anne-Pascale Paris, afin de leur rappeler ce que sont les violences conjugales, sous quelles formes elles peuvent apparaître et expliquer que ce type de violence existe aussi chez les jeunes adolescents.

 

Il faut rester vigilant. Je dirais que le premier contrôle c’est le contrôle de trop. Celui de regarder dans le téléphone, de dicter la manière de s’habiller, et de fréquenter les autres. Le contrôle c’est le premier signe qui devrait nous alerter. De ce contrôle découle déjà une forme de violence conjugale. L’envie de vouloir contrôler, tout savoir de l’autre, surprotégé l’autre, qui est très présent chez les jeunes filles comme chez les jeunes garçons, c’est une première esquisse de violence.

Anne-Pascale Paris, metteuse en scène.

 

Après chaque représentation, un bord de scène entre l’équipe artistique et les élèves a permis de libérer la parole et de sensibiliser autour de ce phénomène qui touche aussi les plus jeunes que soit dans le cadre de leur couple ou bien à la maison.

 


 

– VENDREDI 3 DECEMBRE –

 

 

Dernières répétitions pour l’équipe de Respirs avant la représentation – Vendredi 3 décembre

 

Pour conclure cette tournée d’actions artistiques visant à libérer la parole autour des violences faites aux femmes, nous avons eu l’immense plaisir de jouer Respirs le vendredi 3 décembre à la salle Erik Satie à Vénissieux.

En partenariat avec le collectif de femmes de Vénissieux, LIVI (Libre de Vivre), mobilisé pour lutter contre les violences commises à l’égard des femmes, deux représentations tout public ont été proposées devant presque une centaine d’habitant.e.s touchée par ce sujet brûlant d’actualité.

 

Représentation de Respirs – Vendredi 3 décembre
Représentation de Respirs – Vendredi 3 décembre

 

 

 

 

 

 

 

Un temps d’échange était organisé la fin de chaque représentation, l’occasion de recontextualiser la création de ce spectacle et de donner la parole aux femmes de l’Eclaircie sur les raisons de leur participation à ce projet artistique.

 

Bord de scène après la représentation de Respirs – Vendredi 3 décembre

 

————————–

 

 

Respirs 

Dramaturgie : Matheo Alephis

Mise en scène : Anne-Pascale Paris

Création lumière : Davy Dedienne

Comédien.ne.s du Lien Théâtre : Joël Prudent et Melissa Tucker

Comédien.ne.s de L’Eclaircie : Julia, Lamis, Lydia, Maelle, Patricia, Raki ainsi que Christel Domingos (éducatrice de jeunes enfants) et Anne Grenier (coordinatrice).

 

 

 

 

Sois belle et tais-toi

Conception & Mise en scène : Anne-Pascale Paris

Assistance à la mise en scène : Marie Janvier

Création lumière : Jacques Bouvachon

Jeu : Emilie Alfieri (doublon : Marie Berger), Etienne Diallo (doublon : Mohamed Brikat) et Joël Prudent