Le Lien Théâtre à l’EPM (Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs du Rhône)

L’accès à la culture est un droit fondamental y compris pour les mineurs incarcéré·e·s, éloigné·e·s de l’offre culturelle. La culture comme vecteur d’ouverture et d’échange a une vertu éducative et citoyenne qui contribue à la revalorisation de l’estime de soi. 
Depuis 2009, Le Lien Théâtre intervient, chaque semaine et pendant les vacances scolaires, à l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs du Rhône, situé à Meyzieu, en banlieue lyonnaise.

La compagnie propose deux types d’intervention à l’EPM :

  • des ateliers de pratique théâtrale, durant lesquels elle amène les jeunes à jouer sur des thématiques fondamentalement humaines, sociales et actuelles ;
  • des ateliers de projets théâtre annuels, pour lesquels un texte est écrit à partir des contributions improvisées et échangées avec les jeunes à partir d’un mythe, d’une pièce ou d’autres inspirations. 

Les intervenant·e·s du Lien Théâtre ouvrent leur travail d’artistes en mettant en place des projets qui rendent visible ce lieu d’incarcération et valorisent les capacités créatrices des mineur·e·s détenu·e·s.

Le Lien Théâtre met en place un grand chantier artistique chaque année à l’EPM depuis 2017, dans le cadre de l’appel à projet « Culture et Justice », financé par le service éducatif de l’EPM, la région Auvergne-Rhône-Alpes et la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Projet en cours
2020-2021 : autour de Mon double, mon frère

L’opposition entre deux frères, parfois jumeaux, est très répandue dans les mythes, légendes ou contes, sur tous les continents, ayant ses origines à l’aube de l’humanité. Souvent, un des deux frères tue l’autre, devenant ainsi la souche d’une lignée postérieure.

C’est au fond le grand thème du rapport à la différence. Comment est-ce que j’accepte et accueille la différence de mon frère / ma sœur ? C’est une question quotidienne, qui fonde l’éthique et qui concerne les personnes mais aussi les communautés. Si le texte Caïn et Abel est au début de la Bible, c’est parce que la relation au frère dans la différence est la question fondatrice posée à notre humanité, et donc à nous aujourd’hui. 

À la prison pour mineurs, on fait état de conflits entre jeunes arrivant de pays maghrébins et ne pouvant pas s’intégrer parmi les jeunes qui sont nés en France et dont certains peuvent parler la langue arabe. Bien qu’ils fassent tous partie de la même humanité, les nouveaux arrivants sont mis à l’écart, ne parlant pas bien la langue française, mis au ban, marginalisés. Par extension, ces mouvements (la prison étant un microcosme, un reflet de la société dans un sens large) nous rappellent l’arrivée de masses de migrants et les différentes réponses politiques et sociétales qui sont mises en place à leur égard.  

Voir aussi le dossier de présentation générale de notre prochain cycle Mon double, mon frère

 

Projets passés 
2019 : Notre Ascenseur

Voir la page de présentation générale de notre spectacle L’Ascenseur

 

2018 : Notre Labyrinthe

Voir la page de présentation générale de l’action Notre Labyrinthe

 

2017 : La vie de Thésée en douze épisodes