L’ascenseur


« Putain, mais qui s’amuse à nous mettre
 les uns contre les autres

, à nous différencier, à nous séparer comme ça les uns des autres ? »
C’est Nicholas qui lance ces questions dans le texte, mais elles pourraient tout autant être posées par Djamal, Lina, Samuel, Sallimata ou Kassim.
L’ascenseur, comme de nombreux textes du Lien Théâtre, interroge les rapports de force, les relations de pouvoir.



L’histoire

Ils s’appellent Alina, Djamal, Nicholas, Samuel, Salimata, Kassim. Ils sont jeunes et fatalement nous ressemblent. Ils embarquent dans l’Ascenseur au rez-de-chaussée. Ils ont tous besoin d’un stage, d’une formation, de rencontrer quelqu’un qui fera déclic, ils vont tous au même endroit : au 23e étage, au forum de l’Avenir. 
Après quelques secondes, l’Ascenseur a de violentes secousses et s’arrête en pleine ascension, obligeant les six jeunes à attendre dans la promiscuité…

VOIX DE L’ASCENSEUR  : Patientez, un agent va vous répondre.

SALLIMATA : Je ne veux pas rester coincée dans cet ascenseur. J’ai un rendez-vous au Forum de l’Avenir. C’est pour mon avenir.

SAMUEL : On veut tous la même chose, je te signale.

SALLIMATA : Alors ça va être la guerre. Mais c’est pas moi qui ai commencé, je vous le dis  !

Le sujet

L’Ascenseur clignote, se bloque, pour quelques instants peut être et tout à coup vous vous retrouvez avec l’Autre.
Qu’est-ce que vous faites, qu’est-ce que vous regardez en premier ? Par exemple vous regardez ce qui vous différencie d’elle ou de lui ? Ce qui en lui est différent de ce qui est en vous ? Ce qui rapproche, ce qui sépare ? Ce qui répugne, ce qui soulage ? Soulage, répugne, approche, sépare.
Et comment l’Autre vous regarde. Il vous défie. Il se délimite de vous. Se rassure en vous. Il vous montre la haine la plus totale. L’Autre vous rappelle sans cesse qui vous êtes, ce que vous ne voudriez plus être. Ce que vous voulez être mais pas à ses conditions à lui. Ou selon ses termes à elle. L’Autre vous classe, vous définit et vous condamne. 
Vous êtes certainement mieux intégré qu’elle ou que lui. Vous avez un Ascendant sur elle ou sur lui c’est évident. Exigez. Non, ça serait mieux que vous vous effaciez, que vous rasiez les murs. Ne rien exiger.

Note d’intention

Depuis les attentats de janvier 2015, les habitants du quartier populaire de la Duchère ressentent un poids dans le regard que l’on porte sur eux, parce qu’ils ont une tête d’origine, parce qu’ils parlent mal le français, parce qu’elles portent le voile, parce qu’ils habitent ce quartier. Ils ressentent un racisme ordinaire.
Ces sensations sont partagées par les habitants jeunes comme adultes, femmes comme hommes. Elles révèlent la peur de l’autre par préjugés et engendre rejet et discriminations.
C’est de cet endroit-là que le projet L’Ascenseur s’est construit. Aujourd’hui, il s’est élargi par la rencontre avec d’autres publics qui se sentent à l’écart parce qu’ils sont juifs ou homosexuels ou qu’ils ont fui leur pays. Sont-ils réellement rejetés ? S’excluent-ils d’eux-mêmes ? Dans tous les cas, le ressenti est là, fort, encombrant, déplaisant, pourvoyeur de violence, rabat-joie du vivre ensemble, trouble-fête de l’égalité…

Presse et avis

(à venir…)

Parcours du spectacle

Ont collaboré à la création du projet : 

  • des jeunes et adultes qui suivent nos ateliers de création sur le territoire de la Duchère (MJC Duchère, Centre Social Sauvegarde et Lieu Echanges Parents du Collège Schœlcher) 
  • les jeunes du Refuge (association qui accompagne et héberge homosexuels et lesbiennes en situation d’errance) 
  • des élèves du Lycée Hélène Boucher (Vénissieux)
  • des personnalités ont accompagné notre réflexion : Groupe Inter-religieux de la Duchère (Groupe Abraham), Patrick Kahn et Jacqueline Costa-Lascoux (LICRA), Azzam AMIN (GREPS), Emmanuel Debono (ENS Lyon). 

Le spectacle est soutenu par la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT) et bénéficie du label culture de la LICRA (Lutte internationale contre le racisme et l’antisémitisme).

  • 13 représentations, dont les 30 ans du groupe Abraham (mai 2016), Festival Tout le monde dehors (juillet 2016), Assises de la Laïcité, Mairie de Lyon 9 (octobre 2016)…
  • 800 spectateurs
autour du spectacle

Le spectacle peut s’insérer dans un dispositif pédagogique complet. Un dossier est disponible sur demande.

Texte : Calin Blaga
Mise en scène : Anne-Pascale Paris
Avec : Anca Bene, Chawki Derbel, Etienne Diallo, Yann Ducruet, Benjamin Escoffier, Audrey Gomis 
SCénOGRAPHIE : Sabine Algan
CRÉATION SONORE : Laurent Frick
Lumières : Davy Dedienne
Public : à partir de 14 ans
durée : 1h15
Partenaires : association le Refuge, LICRA, foyer protestant, mission Lyon la Duchère, ville de Lyon,  Délégation Interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie.
Spectacle recommandé par la LICRA.
Le Lien Théâtre a l’agrément de l’Académie de Lyon en tant qu’association éducative complémentaire de l’enseignement public.

Pour les prochaines dates, voir notre calendrier !