T’es pas mon genre

Quelle est la part de consentement dans la rencontre et le désir de l’autre ? La mise en scène souligne le trouble des personnages et le danger qui les guette. Au-delà des stéréotypes, des préjugés, du poids de l’image dans notre société, T’es pas mon genre pose la question : comment devenir soi-même, comment se rencontrer et rencontrer l’autre ?

 



l’histoire

Sophie, Damien, Guillaume, Salima fréquentent le même lycée. Un samedi soir, ils se retrouvent tous à une fête chez Manon. Sophie s’est maquillée pour l’occasion, elle a mis une robe, elle attire les garçons. Notamment Guillaume qui semble avoir de l’expérience avec les filles et qui lui propose de s’isoler dans une chambre ou à la cuisine. Ce soir là, Sophie fait la connaissance de Damien qui ne se comporte pas comme les autres. Il ne boit pas, ne fume pas, ne danse pas. Entre Sophie et Damien, le trouble est évident.
Salima, elle, danse beaucoup mais a du mal à oublier que son frère la surveille et l’attend en bas de l’immeuble pour la ramener. Ce soir là, Sophie ne sortira avec personne mais quelques jours plus tard, elle passera un après-midi avec Guillaume. Elle le suivra jusqu’à chez lui.
Près d’eux, comme une pression, rode un personnage imaginaire, une machine infernale qui susurre à l’oreille de Sophie ce qu’elle doit faire pour séduire le prince charmant et à celle de Guillaume ce ­qu’attendent les filles et comment les séduire.
Le conte de fées se termine au commissariat.

le sujet : se rencontrer et rencontrer l’autre

À partir du personnage de Sophie dont le cœur et le corps vibrent pour deux garçons, T’es pas mon genre pose des questions brûlantes à l’adolescence : comment découvrir l’autre ? comment le désirer ? comment savoir à quoi il consent ?
Le spectacle interroge également le poids de l’image dans la société et notamment les stéréotypes de genre. Il questionne l’identité ­adolescente : au delà des prêt-à-penser, des rôles sexués et des préjugés, comment rencontrer l’autre, comment se rencontrer ?

LA MACHINE : Votre teint, Sophie. Vous voulez rencontrer le garçon de vos rêves sans vous occuper de votre teint ? Est-ce possible de négliger votre teint, Sophie ? Je sais que vous avez tout ce qu’il faut. Fond de teint fluide, fond de teint compact ou poudre minérale. Je sais que vous en avez achetés et qu’ils sont cachés au fond de votre tiroir parce que vous n’osez pas vous en servir. Choisissez. Sublimez votre teint, Sophie. Ce n’est qu’un jeu d’enfant.

 

Presse et avis

“Il s’agissait de sensibiliser les élèves aux questions d’égalité homme-femme. Un pari réussi grâce à ce conte moderne porté par le personnage de Sophie, une lycéenne dont le cœur chavire pour un homme introverti qu’elle n’arrive pas à influencer. La fin du script est noir cirage : c’est devant le tribunal que se retrouve les deux élèves.”
Jérémy Gabert, Le Progrès, 26 mars 2011.

“T’es pas mon genre se concentre avec réalisme sur l’identité adolescente. Le spectacle met en scène les souffrances dues à notre paresse intellectuelle, qui dénie aux adolescent-e-s une personnalité propre, pour leur faire endosser des rôles sexués sous contrôle, dans un univers de domination-soumission plein de préjugés et de conformisme.”
Violaine Dutrop-Voutsinos, Institut EgaliGone.

parcours du spectacle

À l’origine de T’es pas mon genre, il y a une commande de la ville de Villeurbanne en janvier 2011 et sa volonté d’engagement dans une  action de sensibilisation sur l’identité et la relation filles-garçons. Elle nous a confié la mise en œuvre de ce projet. 

Ont collaboré à la création du projet ces collèges de Villeurbanne  : Môrice Leroux, Tonkin, Immaculée Conception, Noirettes. Au total 27 classes de 4e et 3e et une de 5e SEGPA ont participé à la genèse du projet.

  • 34 représentations
  • 2 200 spectateurs
Éclairage pédagogique

Le spectacle peut s’insérer dans un dispositif artistique complet qui permet de mieux cerner le poids de l’image dans notre société et de traiter des relations filles/garçons. Un dossier est disponible sur demande.

 

T'es pas mon genre, spectacle du Lien Théâtre. © Ernesto Timor (photo et graphisme).

Texte : Calin Blaga
Mise en scène : Anne-Pascale Paris
Avec : Liz Buffet, Esther Gaumont, Marion Guénal, Valérian Moutawe, Rodolphe Wuilbaut
Musique : Christian Fradin
Lumières : Davy Dedienne
Scénographie : Anne-Pascale Paris, Sabine Algan
Accessoires : Nina Orengia

à partir de 14 ans, durée 1h10


Partenaires : ville de Villeurbanne, ville de Lyon, Conseil Départemental d’Accès au Droit, association Filactions
Le Lien Théâtre a l’agrément de l’Académie de Lyon en tant qu’association éducative complémentaire de l’enseignement public.

Pour les prochaines dates,
voir notre calendrier !