Dévore la Jeunesse – Écriture de terrain

Hier

Il y a deux ans, Calin Blaga, l’auteur du lien théâtre a écrit : « LABYRINTHES – VIES DE THESEE », douze épisodes inspirés de cet illustre personnage de la mythologie grecque.

Nous avons gardé tous les épisodes fabuleux les plus connus, sa naissance miraculeuse, le voyage initiatique vers Athènes en tant que jeune prince encore inconnu aux yeux de son père, le voyage vers la Crète avec les 13 jeunes athéniens sacrifiés, la victoire sur le Minotaure, son histoire d’amour avec Ariane, les différentes versions de l’abandon de celle-ci, le retour tragique à Athènes avec la mort du Roi Egée. Notre auteur a aussi réécrit la scène entre Dédale et Icare, car c’est la plus belle perle de ce collier, belle métaphore de la liberté et de la création.

Chaque semaine ces textes ont été joués dans le quartier de la Duchère, devant des publics différents. A partir de ce texte, des jeunes et des moins jeunes ont écrit leurs propres histoires avec leurs propres mots. Des histoires d’aujourd’hui avec des personnages d’aujourd’hui qui ont donné lieu à des spectacles que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Aujourd’hui

Nous poursuivons notre histoire sur la vie de Thésée.

La suite du mythe, après son retour de Crète semble plus chaotique. Il unifie d’abord l’Attique en une seule entité et partage la société athénienne en trois catégories : nobles, artisans, cultivateurs. Aucun mot sur les esclaves car ils n’avaient pas de droits politiques dans la cité, les métèques non plus, quant aux femmes, elles étaient considérées comme d’éternelles mineures. Enfin, il invente la démocratie !

Thésée constate les méfaits de la tyrannie et après avoir observé, délibéré et jugé, il décide de donner le pouvoir de décision au peuple. A son tour, ce dernier exerce son pouvoir de décision et décide de le rendre à Thésée car il semble incarner les vertus civiques pour gouverner. Ainsi nait un régime spécial qui tient de la démocratie et de la monarchie.

Après cet épisode, Thésée perd de sa superbe et multiplie les aventures, notamment l’enlèvements de femmes avec pour conséquence des guerres en Attique. Il meurt assassiné. Etrange cette « chute » du personnage…

C’est cette partie de la vie de Thésée que nous allons aborder cette année. Elle est la moins connue, peut être à cause d’une impression romanesque chaotique.

Le but de nos premières séances sera de questionner quelle est notre place en tant que citoyens, sommes-nous investis dans la chose publique, quel est l’intérêt d’une démocratie, comment entretient-on cette flamme, savons-nous jouir de nos libertés et assumons-nous nos devoirs ?

Le théâtre peut participer à cela car c’est d’abord un rituel démocratique, avec des forces en jeu qui doivent trouver un compromis. L’individu et le groupe sont au cœur du théâtre et selon le philosophe Bernard Stiegler, le théâtre est défini comme le « passage à l’acte » de la naissance même du peuple, le lieu même de son individuation psychique et collective. Alors voilà, dans notre démarche, si rapport il y a avec l’actualité, « Gilets jaunes » ou soi-disant « Débat national », c’est uniquement la réalité de Thésée qui nous y amène…