L’Homme armé – 2011

“Qu’est-ce qui nous pousse à réagir par la violence, à prendre les armes ? “

” C’est une pièce de théâtre qui parle de violence, de famille, d’argent et de pulsions. […] Cette pièce raconte l’histoire croisée de plusieurs personnages. Tous auteurs ou victimes de violences, ils ont en commun la pression économique ou sociale. Avec comme unique moyen de réponse à cette pression, le langage de la violence “. – Le Progrès – Juin 2011

Depuis 2009, le Lien Théâtre intervient régulièrement auprès de l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs du Rhône. A partir de l’histoire d’Antigone et de Caïn et Abel, les jeunes détenus pris en charge au sein de l’activité théâtre citoyen ont échangé et improvisé aux côtés des comédiens professionnels. Cette inestimable matière a nourri la création du spectacle « L’Homme armé » (2011).

 Deux histoires en parallèles, deux destins tragiques

Naïma : Inspirée par le personnage mythique d’Antigone, Naïma, jeune fille de 19 ans d’origine algérienne, prend un commissaire en otage. Elle réclame la libération de son amoureux, Nassim, pris en flagrant délit de dégradations de mobiliers publics. Comme Antigone, elle est déterminée à faire entendre sa soif de justice. Elle est opposée au commissaire qui tente par tous les moyens de sauver sa peau et celle de Naïma.

Daoud : Inspiré par le mythe de Caen et Abel, Daoud, jeune du Darfour, décide de s’engager dans la résistance. Il tente de convaincre sa mère et sa sœur de fuir leur village, bientôt attaqué par l’armée du gouvernement, armée dans laquelle s’est engagé son cousin, Ali. Daoud en veut terriblement à son cousin qu’il considère comme un traître.

L'homme armé

Cette création a été jouée : à l’Etablissement Pénitentiaire du Rhône (Meyzieu – 8 Juin 2011), aux Rencontres de St Antoine l’Abbaye (Isère – 10 Juin 2011).Le Lien Théâtre a reçu le soutien de la DRAC – dispositif Culture en Prison et du Ministère de la Justice