Gilgamesh – 2013

“Une version classique, fidèle à l’oeuvre littéraire de l’ancienne Mésopotamie” – Le progrès – 12 Janvier 2014

Pour l’adaptation classique de l’épopée, – d’après la traduction de Jean Bottéro – le Lien Théâtre a choisi de retenir les épisodes les plus marquants du parcours de Gilgamesh : son règne despotique défiant les dieux et le sacré, la naissance de son ami Enkidu puis sa mise à mort par les dieux, le voyage initiatique de Gilgamesh dans une quête orgueilleuse et vaine de la vie éternelle. Cette épopée est force d’enseignement à l’heure des grands changements que connaissent nos sociétés et du questionnement autour de notre condition humaine.

La scénographie s’appuie sur la projection d’images sur des tentures nous plongeant dans des ambiances de grandeur, ou dans une sensation de tension. Ces images font appel à l’iconographie du mythe antique. Le décor modulable, tout en étant léger et sobre, est constitué de tentures et de guindes. Il amène une ampleur verticale au spectacle, tels des monuments tantôt majestueux et grandiloquents à l’image du héros Gilgamesh au début de l’histoire, tantôt déconstruits, symbolisant la chute, la brisure qu’expérimente le personnage, avant d’aller jusqu’à sa reconstruction.

Le spectacle se compose d’une bande son réalisée par le musicien Laurent Frick. Par une alternance d’ambiances sonores et de passages musicaux, la bande son accompagne la charge émotionnelle d’une scène et vient ainsi rythmer, faire respirer la narration. Pour la musique Laurent Frick a privilégié des instruments en cohérence avec l’époque et le lieu. Les instruments privilégiés sont donc acoustiques comme le Santur Iranien, la Cora, les percussions, la Zurna et le Duduk  (flutes arméniennes) et bien sur les Chants.

Gilgamesh, adaptation classique


Cette création a été jouée : au Théâtre de l’Iris (Villeurbanne – du 14 au 26 janvier 2014), à la Salle Paul Garcin (Lyon – novembre 2013), au Centre Social les Taillis (Bron – septembre 2012), au Collège Théodore Monod (Bron – septembre 2012)

Cette création a reçu le soutien de la SPEDIDAM, la Région Rhône-Alpes, Fondation Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, Centre social du Petit Taillis (Bron)